L’Institut culturel Bernard Magrez à Bordeaux (33)

institut bernard magrez bordeaux

Dimanche dernier, nous avons saisi l’occasion de la météo capricieuse mais pas désagréable pour aller visiter l’Institut Culturel Bernard Magrez. Il est situé à quelques minutes de notre nouveau chez-nous, et nous avons profité de la gratuité du premier dimanche du mois pour aller découvrir ce lieu fascinant à Bordeaux. Avant d’évoquer l’institut, il est indispensable d’évoquer son créateur. Bernard Magrez est un homme d’affaires français, qui a constitué son empire et sa fortune autour du vin. Après avoir acquis de nombreux domaines en France et dans le monde, et notamment quatre Grands Crus Classés de Bordeaux, c’est au mécénat culturel que l’entrepreneur bordelais a choisi de se consacrer.

L’Institut Culturel Bernard Magrez est né en 2011. Installé dans le Château Labottière, bâtiment du 18ème siècle classé Monument Historique, l’institut est un nouvel espace de diffusion culturelle, dédié à l’art moderne et contemporain. En plus de sa vocation à exposer les oeuvres, l’Institut Bernard Magrez soutient la création et la manifestation culturelle, notamment grâce aux résidences d’artistes ou à la remise de prix artistiques. Passer du temps à l’Institut Culturel Bernard Magrez est une double expérience. On est d’abord conquis par le charme des lieux, par ce château niché entre les immeubles anciens, et par ses jardins à la française. A l’intérieur, le contact avec les collections ajoute de nouvelles émotions.

Institut Culturel Bernard Magrez – 16 rue de Tivoli, Bordeaux | 05.56.81.72.77

Actuellement, quatre expositions différentes sont ouvertes au public, jusqu’au 25 juin 2017 : Amandine Pierné, artiste-plasticienne bordelaise et lauréate du Grand Prix Bernard Magrez 2016, Barbara Shroeder, plasticienne et premier prix sculpture du Grand Prix Bernard Magrez 2016, le peintre Pierre d’Huparlac (toiles visibles jusqu’au 9 avril) et l’exposition dédiée à la collection de Daniel Templon. J’ai particulièrement aimé cette dernière, qui retrace le « portrait de galerie » du marchand d’art français Daniel Templon, à travers cinq des artistes qu’il représente à travers le monde, et parmi lesquels Pierre & Gilles, Jan Fabre, et Yue Minjun. Le pari de Bernard Magrez est réussi : l’institut est une passerelle entre le public et l’art, et un moyen évident de « décentraliser » l’accès aux oeuvres contemporaines. Si l’envie d’une parenthèse esthétique vous tente à Bordeaux, je vous invite à aller franchir les grilles de l’Institut Bernard Magrez dès le week-end prochain.

 

institut bernard magrez bordeaux

institut bernard magrez bordeaux
Bronzes par Jan Fabre
institut bernard magrez bordeaux
« L’Homme qui porte sa croix », Jan Fabre (2014)
institut bernard magrez bordeaux
Installation d’Amandine Pierné
institut bernard magrez bordeaux
A gauche : « Marie-Antoinette, le hameau de la reine (2014, modèle : Zahia) | A droite : « Nono » (2014, modèle Julie Depardieu)
institut bernard magrez bordeaux
Les oeuvres de Yue Minjun
institut bernard magrez bordeaux
« L’Astronaute qui dirige la mer », Jan Fabre (2006) et sur le mur, en néon, la devise de Bernard Magrez

Comments

comments