Rover, enchanteur de rock’n roll

Rover, enchanteur de rock’n roll

data_art_1241224_news624

Il y a les artistes qui marquent votre vie, qui arrivent dans votre quotidien musical tels des étoiles filantes, et si leur immense talent se bonifie tel le bon vin, vous aurez la chance de les écouter et les suivre pendant longtemps, toute leur carrière peut-être.

Parmi ces artistes sublimes, il y en a un qui occupe mes playlists depuis la sortie de son EP en 2011, et j’ai eu l’immense plaisir de le voir et l’écouter en concert, le 9 octobre à la Maison des Projets de Buxerolles.

Il s’appelle Rover.

Rover, “nomade” en anglais, un nom de scène, un projet musical en solo pour un jeune homme auréolé de mystère et de talent.

Sa biographie, tout le monde la connait, la presse plus ou moins spécialisée lui a consacré de nombreux billets : enfant et adolescent voyageur au gré des migrations professionnelles de ses parents, expulsé du Liban pour une banale histoire de visa, il s’enferme plusieurs mois pour la réalisation de son premier album, qui sortira en février 2012. Et figurait au nombre des challengers des Victoires de la Musique 2013.

La découverte de ses premiers titres avaient été un choc auditif, une secousse émotionnelle transmise par la musique : sa voix est sensationnelle, tant dans les graves que les aigus, les mélodies et les arrangements sont exceptionnels.

Dans sa musique, je retrouve de très nombreuses influences, les plus éloquentes étant pour moi Les Beatles, David Bowie, et Brian Ferry.

Rover chante en anglais. Passe sur scène de la guitare au clavier, chante l’amour qui vient et qui va, la solitude, le chagrin, le temps qui passe, les sentiments qui meurent, mais c’est bel et bien une énergie positive qui se dégage de sa musique.

L’artiste ne néglige pas la communication directe avec son public, maniant l’humour et l’autodérision comme il manie avec grâce ses compositions.

IMG_2379_Fotor

J’étais ce soir-là au deuxième rang d’un public venu très nombreux. Je n’aurai pas eu la chance d’obtenir de lui qu’il me signe la pochette de son album, et je n’aurai pas non plus eu la joie de lui dire à quel point sa musique est bienfaisante et admirable.

Une prochaine fois, sans doute, à l’occasion de la tournée de son prochain album…

Pour terminer, l’un de mes titres favoris de l’album de Rover, Tonight.

Comments

comments

Suivre:

2 Commentaires

  1. 14 octobre 2013 / 13:32

    Merci pour la découverte !

    • Alexandra
      20 octobre 2013 / 18:59

      Mais avec plaisir 😉