A la recherche de l’amour (après 30 ans …)

A la recherche de l’amour (après 30 ans …)

Lorsque je me suis séparée au début de l’année 2018, je n’avais pas encore mesuré ce que représentait d’être célibataire après 30 ans. Plus de dix ans après les débuts de ma première grande et belle relation, j’ai découvert que les codes ont changé.

Curieusement, on ne drague plus de la même manière en 2018 qu’en 2007 et avant. A l’issue de ce premier épisode de ma vie, je me suis retrouvée perdue. Désorientée dans ma conception de l’amour, déstabilisée dans mes envies profondes.

Qui donc pourra encore faire battre mon coeur ? 

Le problème n’est pas moi

L’année passée a été riche d’enseignements, et pour cause : j’ai vécu ma première histoire post-rupture. Elle a duré plusieurs mois, pour se déliter doucement et s’éteindre en décembre. Pour la première fois de mon existence affective, j’ai fait de nombreuses concessions sur ma vision de la vie.

Les cartes n’étaient pas en notre faveur, puisque nous ne vivions pas dans la même région et qu’aucun rapprochement n’était envisagé dans un futur proche. Nous avons été très amoureux mais je savais que nous n’étions pas sur la même longueur d’ondes sur nos envies d’engagement. L’histoire s’est achevée, elle m’en a un peu coûté, puisqu’elle m’a fait douter de moi. Elle a fait vaciller les certitudes que j’avais et ma conception profonde de l’amour.

L’espace de quelques semaines, je me suis laissée gagner par l’idée que je devais changer ma vision des choses, ne pas trop en demander, modérer mes ardeurs et taire mes envies de romantisme, si je voulais pouvoir conquérir un homme et le garder près de moi. Chaque histoire d’amour, aussi courte soit-elle, laisse des traces invisibles qu’on garde pour la vie.

Puis j’ai repris pied. Le problème n’était pas moi, n’était pas lui, mais juste une incompatibilité de nos aspirations. Je me suis remise en selle, pour partir à la recherche de celui qui pourrait de nouveau m’offrir le meilleur.

Lost in translation

A l’approche des années 2020, on drague en ligne. Je le dis en toute franchise : je déteste les sites de rencontres. Je ne parviens pas à m’y faire. Je n’arrive pas à me résoudre d’être une fiche dans un grand catalogue. Parce que pour moi, une belle rencontre, ce sont deux regards qui se croisent dans la rue, dans un café, sur les bancs de la fac ou sur le lieu de travail.

Puis c’est un apprentissage l’un de l’autre, une période un peu floue où on se découvre. Je n’aime pas les sites de rencontres et pourtant, comme beaucoup de mes contemporaines et contemporains, j’y suis. Je m’y suis résignée, pour maximiser mes chances de tomber sur quelqu’un qui puisse me plaire et me convenir, dans une vie de jeune active qui côtoie plus de filles que de garçons au quotidien.

Mes débuts ont été laborieux. J’ai vite compris que “cherche relation sans prise de tête” était un euphémisme pour “je ne veux qu’un plan cul“. J’ai croisé, très furtivement, des hommes sans aucun recul sur rien (“le second degré, Jérôme, ce n’est pas une température“) et d’autres qui, face à mon refus de leur ouvrir mon lit à l’issue d’un premier rendez-vous (qui n’était pas une grande réussite) ont coupé tout contact après m’avoir reproché de me comporter “comme une princesse“.

Difficile de faire de l’esprit sur un module de tchat en ligne. Les conversations ennuyeuses se suivent et se ressemblent beaucoup trop. J’ai l’impression de me trouver plongée dans un monde parallèle où moi, mon bon sens et mon naturel joyeux n’avons pas notre place.

Cependant, dans toute cette ambiance qui manque cruellement de fun, il y a quelques belles pépites. Tout n’est pas rose, mais tout n’est pas noir non plus. Au final, je me suis fixé de ne pas tout miser sur ces entremetteurs nouvelle génération et d’être définitivement très sélective. Et de me faire confiance, surtout.

Ne pas céder à la résignation 

J’aurai 34 ans au mois de mai prochain. Parfois, surtout les jours où il pleut à Bordeaux, je cède à la déprime, je me dis que le temps passe vite et que les années qu’il me reste pour fonder une famille s’amenuisent. Mes moments de doute ne durent jamais trop longtemps.

J’ai conscience de mon potentiel. J’ai eu le bonheur de vivre une belle histoire une première fois, je sais que je suis capable de recommencer. Surtout, je ne veux pas me résigner. Ni faire de compromis sur mes envies ou accepter de changer pour plaire à quelqu’un.

Depuis quelques mois, je partage régulièrement avec ma communauté, via Instagram, les petites aventures de mon quotidien amoureux. J’ai choisi de le faire avec beaucoup de retenue, par pudeur, mais je sais que bon nombre d’entre-vous qui me suivent ont connu ou connaissent ces mêmes aléas de vie. Etre blogueuse ou influenceuse sur Instagram n’empêche pas d’avoir une existence ordinaire, avec ses hauts et ses bas. J’aime l’idée de donner un peu de bonnes ondes aux âmes tristes qui traversent ces moments difficiles.

Je sais qu’il existe quelque part, ce garçon gentil, drôle, intelligent, sincère et bienveillant. Celui qui saura recevoir avec plaisir mes marques d’attention, mes lettres enflammées et mes bouquets de fleurs en guise d’hommage, parce que j’assume pleinement ma part masculine. Celui qui apprendra à connaître le moindre recoin de ma personnalité, pour toujours me surprendre et m’éblouir.

Ma prochaine histoire d’amour, elle peut ressembler à un roman, elle peut me faire palpiter, parce que je le mérite. Parce qu’on le mérite.

Une belle journée à tous et à très vite !

Photo Clément Dietz

blog-mode-bordeaux

Comments

comments

Suivre:
Partager:

24 Commentaires

  1. Claire
    13 février 2019 / 10:48

    Bonjour Alexandra,
    Merci pour cet article qui montre tellement que “je ne suis pas le problème”. Il est tellement difficile d’avoir des idées et des valeurs auxquelles on tient. Que ce soit ville ou campagne, je trouve qu’il est tout simplement très difficile de lier des liens, même amicaux. Par exemple, les salles de sports avec des gens présents physiquement mais isolés grâce aux écouteurs. Être entourée de centaines de gens et pourtant si seule et si isolée. Ton article me parle tellement. Si à l’occasion, une soirée de célibataire te dit sur Bordeaux, surtout tu peux compter sur moi. Sortir, rire et lier des amitiés est je pense une belle solution avant de trouver la personne prête à faire elle aussi un pas vers toi. Belle journée à toi.

    • 15 février 2019 / 14:18

      Merci beaucoup Claire pour ton joli commentaire. Je suis d’accord avec toi, il n’est pas simple de lier des liens. Avec plaisir pour discuter de tout ça autour d’un café ou d’un verre à Bordeaux 🙂 Des bises, à très vite !

  2. Severine Laine
    11 février 2019 / 16:36

    Bonjour Alexandra,
    Je viens de lire ton post sur et je me retrouve tellement dans ton histoire.
    Je me suis séparée en 2016 et je me suis résignée à m’inscrire sur un site de rencontre en 2017 sans grande conviction car je n y croyais pas du tout. Les 1eres rencontres ont été catastrophiques car je pensais que le feeling passait bien et qu’ il y aurait plus sauf qu’ 1 fois ” passer au lit ” plus de nouvelles ca a été la douche froide. On se fait avoir 1 fois 2 fois mais pas 3. J ai également eu de très belles rencontres mais voyant que ca n était pas concluant j ai décidé de changer de site et au bout de 2 semaines j ai discuté avec un homme on a bien accroché des le début et ça fait maintenant 1an qu’ on est ensemble. C est pas facile tous les jours car lui est à Paris et moi à Bordeaux mais on s est trouvé un équilibre ou on arrive à se voir 1 week-end sur 2 et cela nous convient on arrive aussi a se programmer des vacances. Après a la différence de toi je suis maman et du coup je suis à 100% pour mes enfants et j ai aussi ma semaine pour moi avant le week end ou on se voit. Du coup mon discours face aux sites de rencontres à changer.
    Je n ai aucun doute sur le fait que tu auras ta belle rencontre on le mérite toutes

    • 15 février 2019 / 14:57

      Merci Séverine pour ton joli témoignage. Ton parcours est chouette, je te souhaite beaucoup de bonheur. Plein de bisous et merci pour ton optimisme.

  3. Morgane
    11 février 2019 / 13:33

    Merci pour ce partage, j’ai moi-même eu jusqu’à 30 ans une relativement longue expérience sur les sites de rencontre (entrecoupée de belles et moins belles rencontres, mais toujours éphémères…) et j’ai fini par trouver la bonne personne quand je n’y croyais presque plus… Peut-être que c’est une chance d’avoir une belle et longue histoire sur laquelle s’appuyer même si on est perdus concernant les “codes”. En tout cas je me suis retrouvée dans ce que tu disais sur le temps qui passe mais il faut toujours garder espoir 😉 Je te souhaite d’être heureuse dans tous les cas.

    • 15 février 2019 / 14:41

      Merci beaucoup Morgane pour ce message bienveillant et plein d’optimisme <3

  4. 4 février 2019 / 10:46

    Amen ! Beaucoup aimé ton article, qui me rappelle un peu ma lutte de célibataire avec les sites de rencontres !!

  5. Penelope
    2 février 2019 / 12:11

    Cet article est très bien ecrit. Merci de nous partager ta vie avec autant de transparence.
    Bon we.
    Penelope

    • 9 février 2019 / 14:15

      Avec plaisir, merci pour ton adorable message Pénelope <3

  6. flambi
    2 février 2019 / 10:14

    Se remettre d’une longue relation c’est pas évident et ça prend du temps. Forcément on compare. L’essentiel c’est d’être heureuse, de trouver quelqu’un ou quelqu’une qui nous permet de nous sentir bien.

    • 15 février 2019 / 14:33

      Exactement 🙂 Merci pour ce gentil commentaire !

  7. 31 janvier 2019 / 19:51

    J’ai bien aimé ton article car je me suis reconnue dans celui-ci. Moi je crois que chacun dans le monde a quelqu’un qui lui convient mais le parcours pour le trouver est plus périlleux pour certains que pour d’autres.

    • 11 février 2019 / 11:35

      Coucou Claire 🙂 Merci pour ton adorable commentaire. Je suis d’accord avec toi, je pense que c’est une question de temps ou de circonstances favorables pour trouver sa moitié, mais tout finit par arriver. Belle journée à toi !

  8. trendandcut
    31 janvier 2019 / 13:42

    Merci pour ce partage, ton expérience, ton ressenti car on se sent tellement seule, dans le doute, en se demandant « pourquoi ? Qu’est ce qu’il s’est passé ? Qu’est ce que j’ai fais de mal ? Pourquoi je ne suis pas Heureuse comme tout le monde, comme tous ces couples ? » et quand on aura trouvé le bon, on se dira sans doute qu’on a bien trop dramatisé la chose et pourtant la souffrance aura belle et bien était réelle.

    • 15 février 2019 / 14:39

      Il ne faut pas douter de soi, jamais. Tu rencontreras un jour le vrai bonheur, c’est simplement une question de temps 🙂 Plein de bisous.

  9. sandmayer
    31 janvier 2019 / 09:38

    Bonjour Alexandra ! Ton article tombe vraiment à pic car je vis la même chose que toi. La seule petite différence est que j’ai 45 ans et que je vis à la campagne d’où mon envie de m’inscrire moi aussi sur un site de rencontre mais j’hésite encore pour les mêmes raisons que tu as eues. Mais en te lisant j’en déduis qu’être en ville n’aide pas plus à faire des rencontres qu’à la campagne. Toujours est-il que ton ressenti via les appli de rencontres me motive un peu plus. Affaire à suivre !

    • 8 février 2019 / 11:29

      Coucou ! Merci pour ton retour positif sur l’article. Je te souhaite de trouver la personne que tu cherches, en ligne ou de la manière la plus ordinaire qui soit 🙂 Belle journée à toi !

  10. Isavercors
    30 janvier 2019 / 22:31

    Bonsoir Alexandra. Que ca me parle! . Divorcée à 31 ans après 13 ans de “vie commune”, dans une région que je ne connaissais pas bien, et avec quasi aucun contact (mon divorce n’est pas dans la catégorie “réussite” de ma vie, contrairement à toi…).
    Bref, je découvre les joies (et angoisses) du célibat (que je n’ai jamais connu, j’avais à peine 18 ans quand j’ai connu mon ex mari). Et là c’est un nouveau,”jeu” … Dont je ne comprends pas toujours bien les règles… De belles rencontres (plutôt amicales, finalement !), des mauvaises, des désagréables, des pleines d’espoirs, des déceptions… J’ai très vite laissé tomber les sites de rencontre (3 mois, 2 rencontres, vraiment foireuses), et j’ai laissé faire la vie, et les amis d’amis . Je suis restée célibataire 7 ans (les épisodes amoureux n’ont pas duré suffisamment pour vraiment réduire le nombre des années!).
    Mais… A presque 38 ans, j’ai rencontré un homme merveilleux, comme je n’imaginais plus possible. Nous sommes mariés depuis 5 ans, et allons fêter nos 10 ans en fin d’année. Tout ca, pour te dire que celui qui te correspond existe, et que la vie est relativement bien faite : j’ai l’impression que la rencontre arrive si l’on est vraiment disponible et prête à la recevoir (et ce n’est pas toujours le cas, même si on le croit!).
    Je te souhaite de pouvoir trouver ton âme sœur, celui qui te comblera et fera briller tes yeux, encore plus!
    De grosses bises amicales. Isabelle

    • 8 février 2019 / 11:25

      Merci pour ton témoignage et tes bonnes ondes Isabelle. Tu as une histoire incroyablement belle. Des bises.

  11. Julie Canado
    30 janvier 2019 / 21:03

    Mais que tu as raison . Je me retrouve complètement ds ton discours . J ai 46 ans et je mérite quelqu un de bien !! Continues aies confiance et tu l auras ton amoureux ….

    • 8 février 2019 / 11:20

      Merci Julie pour ton adorable message 🙂 Des bisous.

  12. Vanessa MIGNON
    30 janvier 2019 / 19:40

    Merci pour ce petit sur tes « amours » je me retrouve un peu dans tes propos. Je n’aurais pas su aussi bien l’exprimer. J’ai un peu tester les sites de rencontres. Je n’y arrives pas. Peut-être devrais-je réessayer….

    C’était très agréable de te lire.

    UNE BELLE SOIRÉE À TOI

    • 8 février 2019 / 11:18

      Merci pour ton commentaire Vanessa. Je te souhaite de trouver la personne qui te correspondra 🙂 Des bises.

Vos petits mots sont tous lus et très appréciés. Merci pour les quelques secondes que vous prendrez en laissant votre commentaire :)