Vacances à Istanbul : de la Mosquée Bleue à la Basilique Sainte-Sophie

Istanbul pourrait mériter, au même titre que certaines cités de France et d’Europe pour leurs clochers, la qualification de « ville aux cent minarets ». Ma deuxième journée de présence en Turquie s’est donc déroulée sous le signe du mystique, puisque j’ai marché sur les chemins de quelques-unes des mosquées de la ville.

Ma visite de la Basilique Sainte-Sophie …

Je suis allé dès l’ouverture à 9h à Aya Sophya, la basilique Sainte-Sophie. Ce lieu est magnifique et étonnant. Edifiée en 537 par l’empereur romain d’Orient Justinien, sur les ruines d’anciennes églises, la basilique est restée le plus vaste édifice religieux chrétien existant alors jusqu’à la construction de la Basilique Saint-Pierre de Rome. Puis en 1453, le sultan Mehmet II provoque la chute de Constantinople : c’est la fin de l’empire romain d’Orient, et la première prière musulmane est conduite dans la basilique. Elle devient alors mosquée, et premier lieu de culte de la ville.

Bien plus tard, en 1935, Mustapha Kemal Atatürk, père de la nation turque moderne qui a installé la république laïque, fait d’Aya Sofya un musée et un lieu de visite ouvert à tous.

Pourquoi Aya Sofya ? Aya Sofya signifie en turc Sainte-Sagesse, qui a été occidentalement traduit par « Sainte-Sophie », et ne fait donc aucune référence directe à une figure religieuse chrétienne.

IMG_0625_Fotor

Les médaillons suspendus sont calligraphiés en arabes, et représentent les noms d’Allah, de Mahomet, et des quatre premiers califes.

IMG_0626_Fotor

IMG_0628_Fotor

IMG_0630_Fotor

IMG_0633_Fotor

IMG_0634_Fotor

IMG_0640_Fotor
Mosaïque de La Déisis (13ème siècle) : située dans la Galerie supérieure des Tribunes, la Vierge et Saint Jean-Baptiste le jour du Jugement Dernier, demandant la rédemption de tous les pêcheurs.
IMG_0641_Fotor
Vue de la Mosquée Bleue (au second plan)
IMG_0643_Fotor
Mosaïque représentant l’Impératrice Irène et son troisième époux, entourant la Vierge à l’Enfant (10ème siècle)
IMG_0646_Fotor
Vue extérieure d’Ayasofya

Non loin de là, à quelques enjambées, la Mosquée Bleue fait face à Sainte-Sophie. Commandée par Ahmed Ier, elle fut achevée après 6 ans de travaux en 1616, soit dix ans avant l’achèvement de la Basilique Saint-Pierre de Rome, dont la construction dura plus de deux siècles.

IMG_0604_Fotor
Vue extérieure de la Mosquée Bleue
IMG_0607_Fotor
Vue extérieure de la Mosquée Bleue

IMG_0609_Fotor

Loin du flot des touristes, à 15 minutes de marche du vieil Istanbul, une « petite » mosquée sans prétention vaut le détour : la Küçük Aya Sofya, la Petite Sainte-Sophie. Là encore, il s’agit d’une ancienne église byzantine (construite quelques années avant Sainte-Sophie), transformée en mosquée au 16ème siècle. Un vieux monsieur garde l’entrée et surveille du coin de l’oeil que les visites se passent bien, et invite à laisser une pièce dans le tronc avant de quitter les lieux. Pas obligatoire bien sûr, mais à mon avis conseillé, en sachant qu’ici, l’unité de monnaie (1 livre turque) équivaut à environ 0,40 €, que les mosquées sont libres et gratuites d’accès, et que profiter des lieux sans bourse délier vous fera passer pour un occidental radin et sans manières. Je donne donc la petite pièce avec plaisir…

church_saints_sergios_bacchos_kucuk_ayasofya_camii-235_Fotor
Vue extérieure
petite-sainte-sophie2_Fotor
Vue intérieure

La mosquée de Soliman le Magnifique

Non loin du Grand Bazar et de l’Université, la mosquée de Soliman le Magnifique, de style ottoman avec ses 4 minarets, édifiée entre 1550 et 1557 sous l’impulsion de Soliman, dixième sultan de la dynastie ottomane.

Soliman le Magnifique est peut-être le plus grand souverain ottoman ayant régné sur l’empire. Son règne s’est déroulé le 1520 à 1566, au cours duquel il a étendu l’empire à son maximum, de l’Europe de l’Est au Moyen-Orient, grâce à ses conquêtes nombreuses et victorieuses.

Avec la mosquée et les infrastructures qui l’entouraient, à savoir hôpital, bibliothèques, écoles,.. aujourd’hui disparues, Soliman voulait faire de cet édifice le symbole de la grandeur de son règne. Aujourd’hui, cette mosquée est la plus grande d’Istanbul, mais l’ambiance y est la plus sereine, loin de l’affluence bruyante de la Mosquée Bleue.

Les plafonds sont superbes et la salle de prière, très vaste, est aussi très lumineuse. De toutes les mosquées visitées depuis mon arrivée, elle est celle que j’ai préférée, où je me suis sentie le plus au calme.

L’ambiance qui y règne, avec la prière en continu en fond sonore, invite volontiers à la méditation. On se pose et profite du climat serein.

IMG_0682_Fotor

IMG_0686_Fotor IMG_0711_Fotor IMG_0712_Fotor IMG_0713_Fotor IMG_0715_Fotor

IMG_0739_Fotor

J’adopte naturellement le code vestimentaire réglementaire à la visite de chaque mosquée : pieds nus, jambes et cheveux couverts, qui s’impose aussi bien aux hommes qu’aux femmes (à l’exception du foulard). Prévoyante, j’ai dans mon sac une étole en coton que j’emmène partout, mais le visiteur ou la visiteuse qui n’aura rien prévu se verra prêter le nécessaire pour se couvrir lors de la visite.

L’illustration qu’on trouve souvent une mosquée par rue, certaines fois plus… Entre le Bazar Egyptien et le Pont de Galata, j’en ai aperçu plusieurs, dont celle-ci.

IMG_0753_Fotor
Yeni Camii, la Mosquée Neuve, quartier du Bazar Egyptien, près du Pont de Galata

Hier a démarré le Ramadan, marqué ici par de grandes fêtes populaires très joyeuses, et les promenades à la nuit tombée n’en sont que plus agréables. La toiture de la Mosquée Bleue salue les fidèles d’Istanbul en cette première soirée de fête.

IMG_0621_Fotor
La Mosquée Bleu, de nuit

 

 

 

 

 

Comments

comments