Mon premier semi-marathon

Ce week-end, dimanche 25 mai très précisément, j’ai couru mon premier semi-marathon. Je cours avec régularité et obstination depuis plusieurs mois, dans l’objectif d’épingler mon premier dossard. Et mon premier challenge a finalement été de courir sur 21,1km.

Je me suis inscrite sur le marathon de Poitiers-Futuroscope, celui de la ville où je réside. Le parcours est diversifié et fluide, puisqu’on démarre du centre-ville historique, pour arriver au Parc du Futuroscope, en passant par le village et la zone industrielle de Chasseneuil-du-Poitou.

photo-5

Mon premier moment d’émotion, je dois le reconnaitre, a été d’aller retirer mon dossard au village-marathon. Mine de rien, ça fait quelque chose, de se trouver sur la ligne de départ avec plusieurs centaines de personnes, pour tenter d’aller au bout d’une course ambitieuse. Une fois ces émois passés, il m’a fallu préparer ma tenue de course. Parce que la tenue de course n’est évidemment pas celle de l’entrainement, du moins pas tout à fait, parce qu’il faut surtout composer avec la météo du moment, et le fait qu’il sera impossible pendant 21,1 km de se débarrasser de quoi que ce soit d’encombrant. Donc il faut faire avec le strict nécessaire, mais sans négliger les impératifs de confort et d’adaptation au climat.

Mon équipement de semi-marathonienne :

Pour ce premier semi-marathon, j’ai donc couru avec mon corsaire preferé, une superbe découverte d’équipement sport : le corsaire Océalis® de Damart, vendu ici. Fidèle à ses innovations techniques au service du vêtement et du confort de celle qui le porte, Damart a développé une gamme de vêtements sportifs très performante, et mon corsaire en fait partie. Il s’agit d’un vêtement intelligent : cette culotte de course évacue la transpiration (pas de vêtement mouillé de sueur) et maintien une sensation de confort et de fraicheur pendant la course. Ultime avantage, il est gainant, possède une pochette à zip sur le devant vraiment bien conçue, et la ceinture est souple et ne coupe pas le ventre. Bref, depuis que je le possède, je suis en joie et je le porte à chaque session de course, et je le recommande à n’importe quelle sportive en recherche d’un équipement haut-de-gamme.

Du côté du haut, il a fallu que je compose avec une météo capricieuse, et j’ai opté pour un tee-shirt manches courtes ET un cardigan en coton à pression, facilement enlevable pour nouer à la taille en cas de besoin. N’ayant qu’une seule paire de chaussures de course (ce qui devrait bientôt changer), j’ai porté mes Asics bleues.

La course :

Il y a du monde, ce dimanche matin. Nous sommes plus de 1500 semi-marathoniens inscrits, et finalement 1468 à prendre le départ. C’est ma première course, je me place donc dans le sas le plus long pour le départ, à savoir 2h15 pour boucler le semi. Le temps est finalement idéal, même si j’ai pesté contre la météo les jours qui ont précédé : nous avons une petite pluie fine, mais pas de vent, et il ne fait pas trop froid. Je prévois quand même la casquette au cas où des pluies diluviennes tomberaient…

*

IMG_4382_Fotor

C’est la fête, je fais mon premier semi-marathon !

Je suis plutôt heureuse de cette première “performance”, car j’ai mené ma course jusqu’au bout, sans m’arrêter une seule fois, et en arrivant avec seulement quelques tensions musculaires. J’ai appréhendé les handicaps du parcours, deux côtes raides et un long faux-plat, en douceur et sans difficulté.

Je n’ai pas “souffert”, et c’est bien l’essentiel pour moi. Ma baisse de régime est intervenue à compter du 15ème kilomètre, mais j’ai eu suffisamment d’énergie et de volonté pour aller jusqu’au bout. De toute manière, il était hors de question de laisser tomber.

IMG_4420_Fotor

Au cours des 5 premiers kilomètres, j’ai l’impression de voler…

Je termine ma course au terme de 2h38, et je prends la 1460ème place du classement, avec un temps moyenn de 7 minutes 21 du kilomètre. Je ne suis pas dernière, c’est déjà ça, et j’ai battu mon propre record en entrainement, qui était de 2h45. L’objectif maintenant est de gagner en vitesse pour écraser mon temps, et pourquoi, d’ici un an, avoir l’objectif des 2h en ligne de mire. Je reprends l’entrainement dès ce soir..

photo-6

EnregistrerEnregistrer

Comments

comments

Suivre:

12 Commentaires

  1. 5 juin 2014 / 10:08

    J’ai toujours voulu courir un marathon dans les plus belles villes du monde ( si possible 🙂 Tu m’as donné envie de m’y remettre , commencer le sport avec cette objectif en tête:)! Bravo pour ta performance

  2. Charlottep_AJ
    28 mai 2014 / 22:04

    Ca donne vraiment envie de s’y mettre ! Encore bravo !

  3. 28 mai 2014 / 09:11

    Félicitations !!! Et déjà de retour à l’entraînement ? Belle motivation !

  4. 27 mai 2014 / 23:27

    Félicitations pour cette grande performance et pour ta persévérance la course est un des sports les plus dur au monde HIPE HIPE HIPE HOURA FELICITATIONS POUR CETTE GRANDE PERFORMANCE ET BONNE CHANCE POUR TES FUTURES COURSES ET MERCI POUR TOUS CES BON CONSEILS

  5. 27 mai 2014 / 21:36

    Bravo pour ce semi !
    Le premier … Et d’autres a venir je pense 😉
    J’essaie de me motiver pour reprendre le sport mais dur dur
    Bises

    • 28 mai 2014 / 10:27

      Merci Violette ! Pas facile en effet 🙂 Le premier pas est toujours le plus dur, mais une fois qu’on l’a fait, ça vient tout seul 😀

  6. 27 mai 2014 / 15:17

    Hello ! Encore bravo pour ta performance ! Ma course de 10kms approche et je commence à avoir un peu peur de ne pas la boucler dignement…
    21.1kms sans t’arrêter une seule fois, c’est assez impressionnant ! As tu marché parfois ? J’ai encore du mal à courir d’une seule traite, mais bon ça va venir, je suis une runneuse débutante.
    Chapeau pour le vernis assorti à la tenue, ça ne pouvait pas m’échapper :p Et la casquette, plutôt bonne idée, pour contenir les cheveux, te protéger du soleil ou même de la pluie finalement. A retenir donc !
    Grosses bises.

    • 27 mai 2014 / 15:36

      C’est vrai qu’une course génère un certain stress, j’étais assez fébrile jusqu’au moment où je suis partie. J’ai cessé ma foulée à chaque fois qu’il m’a fallu boire de l’eau ou picorer au ravitaillement, mais je repartais de plus belle. J’ai pris conscience que les ravitaillements sont dans ce cas très importants.
      La casquette c’est indispensable, ça protège de tout, et effectivement de la pluie aussi 😀 Bises et à très vite.