Arrêt de la cigarette : un an sans tabac

♡ Un an. Un an que j’ai pris la décision la plus raisonnable, la plus saine de ma vie. Un an que j’ai dit non à la cigarette, que j’ai arrêté de verser mon tribut à l’Etat, ponctionné par mon marchand de tabac, aussi gentil soit-il. Il ne faut pas le sous-estimer : arrêter de fumer n’est pas chose facile.

♡ On pense à la sensation de manque à venir, la peur de se « désociabiliser » (incroyable mais pourtant), la crainte de ne pas gérer le stress, et la hantise de prendre du poids. Mais définitivement, je ne regrette en rien les premières semaines compliquées, puisqu’aujourd’hui, je me sens tout simplement libérée.

lips-374516_640_Fotor

♡ J’ai évolué dans une famille de fumeurs. Hélas pour mes aïeuls, leur tabagisme excessif les a conduit au cimetière plus tôt que prévu (aucun de mes grands-parents n’a passé l’âge de 75 ans). De mon côté, je fumais depuis mes 20 ans, soit 8 années de tabagisme plus ou moins poussé, avec des périodes d’arrêt, des reprises de plus belle, et une consommation allant de 2 à 3 paquets par semaine (soit 8 à 10 cigarettes par jour) de blondes mentholées et light.

♡ En arrêtant, j’ai appris qu’il n’y a pas de petit tabagisme. Une seule clope par jour, c’est déjà trop. Et il n’y a pas non plus de cigarettes moins nocives que d’autres. Je n’ai pas eu de sensations physiques liés à l’arrêt (pas de palpitations cardiaques, pas de nausées, pas de crises de manque).

♡ Le déclic pour arrêter, les odeurs. Mes doigts, mes cheveux, mon haleine chargés de l’odeur du tabac froid, je n’en pouvais plus. Je déteste puer, et là, c’était le cas. J’ai donc décidé de terminer mon paquet, et ne plus en racheter. J’ai tenu, puisque je ne suis jamais retourné au bureau de tabac, et si j’ai craqué épisodiquement au cours des premières semaines, c’est avec des cigarettes offertes par des amis.

still-life-167845_640

♡ Arrêter de fumer, c’est retrouver de la capacité pulmonaire. On respire mieux, jour après jour. J’ai également repris le sport de manière plus assidue, et j’ai couru mon premier semi-marathon. Inconcevable il y a encore un an.

♡ Evidemment, les odeurs de tabac sur moi ont disparu, et je  ne peux même plus les supporter. Je me suis récemment trouvée en présence d’un gros fumeur, et sa simple présence prolongée près de moi m’a soulevé le coeur. Je pense donc que je suis vaccinée.

♡ Je n’ai pas cédé à la vaporeuse : j’ai arrêté de fumer sans substitut, simplement en m’accrochant, et par volonté. Les économies sont également à la clef, puisqu’à ce jour, augmentation légale prise en compte, ce sont 1000€ qui n’ont pas été dépensés. Cette somme est énorme, et je regrette presque de ne pas avoir fait plus d’économies plus tôt.

♡ J’ai une santé de fer, je n’ai aucun changement de ce côté-là, mais l’arrêt du tabac est une prise de risque en moins, car je suis sous contraceptif. Je diminue mes risques de trombose, notamment.

♡ Je terminerai par l’ultime point terne de mon premier anniversaire : arrêter de fumer m’a fait prendre du poids. J’ai retrouvé de l’appétit, et fatalement, j’ai pris quelques kilos. Rien de préjudiciable, mais c’est toujours un peu lourdingue de ne pas contrôler les fringales. Mais dans le fond, j’accepte bien volontiers quelques kilos de plus sur la balance, contre un bien-être général retrouvé, et de substantielles économies à la clef.

♡ Il n’est pas simple d’arrêter de fumer, êtes-vous concernées ? Etes-vous fumeuse, ancienne fumeuse ou si vous ne l’êtes pas, quel regard portez-vous sur la question ? En attendant de vous lire, bises et à très vite ! ♡♡♡

Rendez-vous sur Hellocoton !

20 comments

  1. Fash Néti says:

    Très belle article, je suis à ma première journée sans tabac donc ton article m’a interpellée ! Et pour l’instant ça se passe bien, je suis suivie par une tabacologue qui me donne beaucoup de bon conseil, j’ai hâte d’être totalement libérée comme toi, de sentir bon, de retrouver l’odorat, de mieux respirer car je fais du sport et c’est difficile de reprendre son souffle ! J’espère que mon conjoint arrêtera un jour aussi car ça sera dur avec un fumeur de tenir le coup.. Bonne soirée, merci pour ton témoignage :-)

    • Alexandra says:

      Coucou Néti ! Bravo, tu peux être très fière de toi, parce que même si ce n’est que le premier jour, tu as déjà décidé de ne plus fumer, et c’est la première étape très importante. Ton tabacologue sera un bon soutien pour ne pas craquer, c’est une belle option prise. Le médecin te le diras sans doute, mais tu seras confronté à des moments de doute et de manque, qui mettrons en doute ta volonté d’arrêter. C’est totalement normal, et il n’y a pas à culpabiliser. Il faudra simplement trouver des parades, mais tout devrait bien se passer.
      Ton parcours et ta réussite dans ton arrêt sera peut-être l’occasion d’une prise de conscience pour ton conjoint, je l’espère pour toi.
      Belle journée à toi, et à bientôt. Bises.

  2. Julie says:

    Coucou.
    Ton article est vraiment super ! Je suis une ancienne fumeuse, ça fait 2 ans et demi que j’ai arrêté, comme toi je vivais dans une famille de fumeur. Sur 5 on était 4 à fumer, alors déjà depuis toute petite je fumai.
    J’ai arrêté en priorité pour ma santé, parce qu’elle est déjà assez fragile depuis ma naissance et j’étais souvent malade (maux de gorge, rhume, bronchite, etc..) et pour le sport c’était une CATASTROPHE ! Je buffai comme un bœuf ! En plus, comme toi je suis sous contraceptif, quand j’ai réalisé à quel point c’était dangereux j’ai décidé d’arrêter et sans substitut! C’était dur au début de voir des gens fumer parce que ça me donné envie mais en m’accrochant j’ai réussi et j’en suis fière !
    En tout honnêteté, je pense que les substituts à la cigarette comme les vapoteuses ou les petites pilules de nicotine ne sont pas des bons moyens pour arrêter, même pour les personnes très dépendantes. Je pense que selon la fréquence à laquelle on fume il faut soit arrêter net ( c’est très dur mais en se demandant à chaque fois qu’on a une envie de fumer « Est ce que j’en ai besoin de cette cigarette? » on fini par comprendre que c’est plus une habitude) ou arrêter progressivement en se fixant des objectifs!
    Dans tout les cas c’est une question de volonté !
    Des bisous, à très vite.
    Julie

    • Alexandra says:

      2 ans et demi, on peut dire que c’est gagné. Tu as complètement raison, le volonté c’est la première arme, et il faut se construire une carapace mentale, une sorte de mantra à soi, qu’on se répète intérieurement (moi c’est un peu comme ça que j’ai fonctionné, j’ai fait de l’auto-coaching :D ).
      Se poser la question de la nécessité est aussi un bon moyen de se dissuader, et concernant les substituts, ils ont leur efficacité pour certains fumeurs tout de même. Je pense que comme pour tout, il y a plusieurs profils de consommateurs de tabac, et les substituts pourront toujours en aider certains, mais pas tous. Belle journée à toi, et à très vite. Bises.

  3. Diana says:

    Je n’ai jamais fumé mais je vois bien dans mon entourage à quel point c’est difficile d’arrêter (sur le long terme), alors un énorme BRAVO \o/ Tu as une belle volonté et tu as tenu bon, c’est tout sauf évident… Je suis super contente par procuration, c’est étrange haha :D
    Pour ma part, c’est le sucre que je tente d’évincer de ma vie et (ça n’a pas l’air mais) c’est vraiment difficile, au moindre stress, besoin de réconfort je suis dans l’angoisse de la rechute.. Mais je tiens bon et j’y arriverais :)
    Bises et à bientôt!
    PS: J’adore ton blog by the way :D

    • Alexandra says:

      Bonjour Diana ! Il est vrai que les tentations sont nombreuses, et c’est notamment ce que j’évoquais pas « peur de se désociabiliser » : évoluant dans un cercle de potes presque tous fumeurs, difficile d’être en soirée sans en griller une. Du coup, c’est très dur, et j’ai pris sur moi, mais j’ai espacé mes fiestas, en attendant d’être certaine de ma capacité à résister. Et finalement, ça a bien fonctionné. J’ai compris que je ne fumerai plus jamais de ma vie quand j’ai fumé quelques bouffées sur la cigarette de ma soeur, et j’ai cru que j’allais vomir mon déjeuner, en plus d’être écoeurée par la sensation et l’odeur.

      Le sucre est très addictif, et avec l’arrêt du tabac, c’est une chose nouvelle qui est arrivée dans ma vie (auparavant j’étais plutôt « bec salé ») : du coup je triche, je bois du sirop sans sucres, des sodas light, et je me contrôle sur l’achat de sucreries pendant les courses. Le sport me permet aussi de canaliser tout ça, c’est assez efficace, tout comme s’hydrater et boire comme il faut.

      Merci pour ton compliment, c’est adorable. Bises et à bientôt.

  4. Arnaud says:

    je suis fumeur hélas ayant essayer l arret du tabac qui fut un echec!!! mais quand j ai une bonne angine je ne peux pas fumer , c’est vrai la voix de fumeur c’est pas génial. Une amie a arrêté il y a 6 mois et elle se sent libre , moins d’extinction de voix( chanteuse), les goûts sont amplifiés etc….En tout cas bravos!!!!

    • Alexandra says:

      Hello Arnaud ! Fumer en effet nuit à la voix, et à la santé de la gorge. Je ne peux que féliciter ton amie qui est parvenue à arrêter, il faut s’accrocher, mais au bout du compte, c’est une décision qui ne procure que des choses positives. Merci pour ton encouragement :)

  5. journalipstick says:

    Bonjour, je suis tombée par hasard sur ton billet, et je me dis que c’est peut être un signe?!
    Bravo pour ton arrêt, sans substitut, car c’est tellement dur!
    Mon mari a arrêté pendant 1 an, sans substitut, moi j’avais arrêté pendant 4 mois, mais avec la vapoteuse, juste la vapoteuse, pas de vraie cigarette. Il a fallu, un malheur dans notre vie, pour qu’on l’on reprenne le tabac. Depuis quelques jours, je me dis qu’il serai peut être temps d’arrêter de nouveau, mais de ne pas reprendre par la suite. Mais je vois ton billet comme un signe ;)
    A bientot

    • Alexandra says:

      Bonjour ! Je crois qu’en moyenne, un fumeur fait 4 tentatives d’arrêt avant de parvenir à se détacher du tabac. Il ne faut pas s’en faire, tu as l’air déterminée, tu y parviendras, peut importe quand. La première chose serait peut-être, comme je l’ai fait, de terminer ton paquet / ta cartouche, et de se promettre de ne pas retourner au bureau de tabac.
      Dans les premières semaines aussi, je tenais une petite comptabilité sur un papier pour me rappeler ce que j’avais économisé au fil des jours, c’est un bon moyen pour ne pas craquer :) Bon courage en tout cas, tu vas y arriver !
      Bises et à bientôt.

      • journalipstick says:

        Coucou, je ne savais pour les 4 tentatives ;)
        J’espère y arriver, surtout me décider de quand commencer, et ça j’ai du mal.
        Pourtant, j’ai la plus belle des motivations, si je veux arrêter c’est pour avoir un bébé ;)
        Merci de tes encouragements, bises, à bientot

        • Alexandra says:

          Tu as trouvé ce qui va te faire arrêter. Concentre-toi sur ta future maternité, et projette-toi en maman non fumeuse, et ça sera d’autant plus facile. Quand on a un objectif, on peut tout faire :)

  6. shavana says:

    super article j’ai aussi arrêter depuis 2 ans! J’ai arrêté grâce au livre arrêter de fumer d’allen carr et je ne regrette pas non plus. dés que j’ai arrêté je n’ai pas craquée car je sais que se sera encore la boucle infernale! Je me considère comme une ancienne grosse fumeuse: un paquet par jour de lucky et je me sens mieux, je ne suis plus malade dés l’hiver ni même l’été :) Par contre grosse prise de poids car besoin de compensation :/ c’est le risque! J’aimerais devenir accroc au sport maintenant ;)

    • Alexandra says:

      Hello Shavana ! Je ne connaissais pas cette auteure. C’est génial si une méthode écrite a pu t’aider dans ton arrêt de la clope, d’autant que tu avais une grosse consommation quotidienne. Je te conseille de t’adonner à un sport qui te plait vraiment, et que tu seras toujours contente de pratiquer, l’addiction viendra d’elle-même :)
      Bises et à bientôt.

  7. Polina says:

    En plein dans le mille Alexandra, je fume, je fume…et j’aime ça. Difficile donc de concevoir l’idée d’arrêter quand cela fait des années que l’on vit une clope au bec. Dans les moments difficiles comme dans les mauvais, c’est sur elle que se pose ma main, mais la béquille est bien meurtrière, je le conçois. J’ai déjà essayé la clope électronique mais…je crois que j’ai du mal avec le liquide, je suis pas douée avec et ça finit par couler de partout.

    En tout cas tu as beaucoup de volonté d’avoir arrêté, ce doit être très dur, chapeau bas !

    • Alexandra says:

      Hello Polina ! Dur en effet. L’ancienne fumeuse que je suis comprends la notion de plaisir que tu trouves dans la cigarette, même si, avec le recul, je trouve que l’idée de plaisir est bien relative. La seule chose que je peux te souhaiter est de parvenir, un jour peut-être, à limiter ta consommation, ou trouver un moyen efficace d’arrêter sans douleur, au moins pour préserver ta santé. Bises, et à très vite.

Billet doux...