Création de contenus & influence : comment je choisis mes partenariats

influence et partenariats

Il y a quelques jours, je discutais par messages privés sur Instagram avec une abonnée, Adama (qui se reconnaitra). Au fil de nos échanges, celle-ci m’a posé cette question de savoir de quelle manière je choisissais mes partenariats. Il est vrai que je me suis déjà exprimée en Story sur ce sujet, mais sans jamais aller dans le détail.

Puisqu’une perche m’a été tendue, je la saisis et je reviens avec un nouvel article afin de vous expliquer ma manière de faire et comment, en tant que créatrice de contenus et influenceuse, je choisis mes projets.

Placement de produits et codes promo : la confusion

On ne se pas se mentir : le métier que j’exerce ne jouit pas de la meilleure des réputations. Je suis très fière d’exercer mon activité de créatrice de contenus depuis maintenant presque 10 ans, mais je suis souvent confrontée à la confusion qui règne avec les influenceurs, issus pour la plupart de la télé-réalité.

Non, mon activité ne se résume pas à faire du placement de produits et donner des codes promo à gogo. C’est bien plus subtil et différent et à ce titre, ça demande bien plus de temps.

Je suis productrice de contenus, c’est à dire que je crée des contenus divertissants et / ou informatifs sur les réseaux sociaux où je suis présente (en l’occurence Instagram, TikTok et mon blog). Je peux produire des contenus de manière spontanée, inspirée par mon quotidien et ce qui me plait dans la vie ou bien travailler en collaboration avec une marque, sur un projet défini. C’est dans ce dernier cas que nous parlons de partenariat rémunéré et c’est l’une de mes principales sources de revenus.

La monétisation à tout prix ? 

Il y a 10 ans, lorsque j’ai écris mon premier article de blog, j’étais loin de m’imaginer que je ferai de ce loisir passionnant un véritable métier, avec une expertise à la clef. Les choses étaient alors très différentes. Les collaborations avec les marques reposaient essentiellement sur le principe de la publicité contre envoi de cadeau. Mais à mesure que mon niveau de notoriété en ligne grandissait sont venues les premières collaborations payantes.

On me proposait de me rémunérer pour le travail de publicité produit pour le compte d’une marque. Aujourd’hui cela semble évidemment normal et ordinaire mais à cette époque, dans le milieu des blogs, il était assez répandu de blâmer celles et ceux qui “osaient” se faire payer pour leur création de contenus. La honte de pratiquer ce métier et d’en vivre était entretenue par ceux-là même qui rêvaient de le faire. C’était totalement schizophrénique et fort heureusement, on est passé à autre chose.

Mais lorsque la possibilité de créer une véritable source de revenus viable sur le long terme m’est apparue, je me suis posée de nombreuses questions. Et la première d’entre-elle : faut-il accepter la monétisation des contenus à tout prix ?

La réponse est un grand non. Accepter toutes les propositions sans exceptions, c’est perdre sa crédibilité et c’est aussi perdre sa liberté. Dans l’entreprenariat, surtout celui des médias, la liberté ce n’est pas faire ce qu’on veut, c’est avoir le choix de faire ce qu’on veut.

Trouver l’équilibre entre respect des valeurs et rentabilité

Malgré tout ça, lorsque qu’on a une boite à faire tourner et des charges à payer se pose la question de la rentabilité. J’ai longtemps eu peur de ne pas trouver l’équilibre et de devoir sacrifier mes principes sur l’autel d’une comptabilité au solde positif. Finalement cela n’a pas été nécessaire.

Je pense que cela est du au travail et à ma volonté d’une croissance lente mais durable. La grande majorité des projets qu’on me propose sont cohérents avec mes valeurs personnelles et celles que je défends sur les réseaux sociaux. Mes choix sont surtout portés par le bon sens. Je choisis de parler de ce qui me plait et de ce qui me semble intéressant pour ma communauté.

Même devant les collaborations les plus lucratives mais les moins cohérentes avec ma ligne éditoriale, je n’ai pas à hésiter, je décline.

Une décennie de présence sur les réseaux sociaux arrive à son terme pour moi et je réalise à quel point mon métier évolue sans cesse.

J’espère pouvoir prendre la voie des différentes évolutions qui viendront avec la même simplicité, l’avenir nous le dira.

Enfin, j’espère que cet article aura éclairé vos questions sur le sujet. Belle fin de semaine et à bientôt.

 

Alexandra-Signature

trentenaire-heureuse

Comments

comments

Suivre:
Partager:

Vos petits mots sont tous lus et très appréciés. Merci pour les quelques secondes que vous prendrez en laissant votre commentaire :)

Translate »

Vous recherchiez quelque chose?